BIOGRAPHIE TERMINALE-HG

Josef Staline (1879-1953) : il succède à Lénine en 1924, après avoir éliminé ses rivaux. Sachant la guerre inéluctable, il espère gagner du temps contre Hitler et signe avec lui un pacte en 1939.
Franklin Delano Roosevelt (1882-1945) : élu en 1932 président des Etats-Unis, il met en application le New Deal contre la crise ; réélu en 1936, en 1940 et en 1944, il meurt le 12 avril 1945.
Winston Churchill (1874-1965) : conservateur, il dénonce, des 1932, les dangers du nazisme. Au pouvoir en mai 1940, il galvanise la résistance anglaise. Non réélu en 1945, il ne peut négocier les accords de Potsdam.
Andrei Jdanov (1896-1948) : ministre de la Culture et de la Propagande ; il impose, en 1947, une littérature et un art officiels (« jdanovisme »).
Harry Truman (1884-1972) : vice-président de Roosevelt, il utilise la bombe A contre le Japon. Président de 1949 a 1953, il lance le plan Marshall pour endiguer le communisme en Europe ; il intervient en Corée en 1950 et signe la paix avec le Japon (1951).
Dwight Eisenhower (1890-1969) : général qui prend, en 1943, la direction des opérations sur le front ouest ; en 1953 et en 1957, il est élu président (pour le parti républicain).
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963) : président en 1960, il propose aux Américains de bâtir une société plus juste et non discriminatoire. Il est assassiné a Dallas le 22 novembre 1963.
Nikita Khrouchtchev (1894-1971) : secrétaire du PCUS de 1953 à 1964 et président de 1958 a 1964 ; il lance, a partir de 1956, la déstalinisation.
Ronald Reagan (1911) : président de 1981 a 1989 (réélu en 1984), il mène une politique néolibérale
Martin Luther King (1929-1968) : pasteur noir qui lutte pacifiquement pour l’intégration des Noirs dans la société américaine. Il est assassiné à Memphis.
Fidel Castro (1927) : il renverse Batista en 1959 et reçoit le soutien de l’URSS en 1961. Homme politique cubain. Engagé dans la lutte contre Batista (1952), emprisonné (1953 – 1955) puis exilé, il débarque à Cuba en 1956, organisant une guérilla qui aboutit, en 1959, à la prise du pouvoir. Devenu Premier ministre (1959), il est ensuite chef de l’État (1976). Leader charismatique, Fidel Castro, alors soutenu par l’URSS, se pose en porte-parole du tiers-monde. Confronté, au début des années 1990, à l’effondrement des pays socialistes partenaires de Cuba, il doit aussi faire face à une contestation intérieure. Malade, il délègue ses pouvoirs à son frère Raúl en 2006, puis renonce à solliciter sa reconduction à la tête de l’État en 2008.
Charles de Gaulle (Lille 1890 – Colombey-les-Deux-Églises 1970) : Général et homme politique français. Sorti de Saint-Cyr en 1912 comme officier d’infanterie, il écrit après la Première Guerre mondiale plusieurs ouvrages de stratégie et de réflexion politique et militaire (le Fil de l’épée, 1932 ; Vers l’armée de métier, 1934 ; la France et son armée, 1938), où il préconise l’utilisation des blindés. Nommé général de brigade, sous-secrétaire d’État à la Défense nationale dans le cabinet Reynaud en juin 1940, il refuse l’armistice et lance, de Londres, le 18 juin, un appel à la résistance. S’imposant, non sans difficultés, comme le chef de la France libre, il préside ensuite à Alger en 1943 le Comité français de libération nationale, devenu en juin 1944 Gouvernement provisoire de la République française, qui s’installe en France après la libération de Paris (août 1944). Décidé à rendre à la France son rang, mais hostile aux « jeux des partis », il démissionne en janvier 1946. Fondateur et chef du Rassemblement du peuple français (RPF) [1947 – 1953], il se retire ensuite de la vie politique et se consacre à la rédaction de ses Mémoires de guerre (1954 – 1959). Rappelé au pouvoir à la faveur de la crise algérienne (mai 1958), il fait approuver une nouvelle Constitution, qui fonde la Ve République. Président de la République (1959), il met fin, non sans drames (barricades d’Alger en janvier-février 1960, putsch des généraux en avril 1961), à la guerre d’Algérie et renforce l’autorité présidentielle par l’élection du président au suffrage universel (1962). Il mène une politique de réconciliation avec l’Allemagne (traité franco-allemand, 1963). Réélu en 1965, il développe une politique étrangère d’indépendance nationale (réalisation d’une force nucléaire, retrait de l’OTAN en 1966). Un an après la crise de mai 1968, son projet de régionalisation et de réforme du Sénat étant repoussé par référendum, il démissionne (28 avril 1969).
Alexander Dubek (1921) : premier secrétaire du PC tchécoslovaque en janvier 1968, il prend la tête du Printemps de Prague.
David BEN Gourion (1886-1973) : chef du gouvernement d’Israël de 1948 à 1963.
Yasser Arafat (1929-2004) : chef de l’OLP, il renonce au terrorisme en 1988. Il négocie avec Rabin les accords de Washington (1993).
Josip Broz, dit Tito (Kumrovec, Croatie, 1892 – Ljubljana 1980) : Maréchal et homme politique yougoslave. Croate, secrétaire général du Parti communiste yougoslave à partir de 1936, il organise la lutte contre l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale et est reconnu par tous les Alliés comme chef de la résistance. Devenu chef du gouvernement après la proclamation de la république (1945), il rompt avec Staline en 1948 et s’impose comme l’un des leaders du neutralisme et des pays non alignés. À l’intérieur, il s’éloigne du modèle soviétique pour mettre en place un socialisme autogestionnaire. Président de la République (1953), président à vie en 1974, chef charismatique et autoritaire, Tito a réussi à maintenir sous sa férule une Yougoslavie agitée par les particularismes.
Kwame Nkrumah : (Nkroful 1909 – Bucarest 1972) Homme politique ghanéen. Il obtint l’indépendance de la Gold Coast (1957) et présida la république du Ghana de 1960 à 1966. Il joua un rôle important dans la création de l’OUA.
Jawaharlal Nehru (Allahabad 1889 – New Delhi 1964) : Homme politique indien. Disciple de Gandhi, président du Congrès national indien à partir de 1929, il fut l’un des artisans de l’indépendance de l’Inde. Premier ministre (1947 – 1964), il développa et modernisa l’industrie et fut, à l’extérieur, l’un des promoteurs du neutralisme, jouant un rôle de premier plan dans les conférences internationales telles que Bandung (1955).
Gamal Abdel Nasser (Beni Mor 1918 – Le Caire 1970) : Homme politique égyptien. Il organise dès 1943 le mouvement des officiers libres qui réussit le putsch contre le roi Farouk (1952) et porte le général Néguib au pouvoir. Après la proclamation de la république (1953), Nasser élimine Néguib et les communistes (1954). Président de la République (1956), il détient alors tous les pouvoirs. Il nationalise en 1956 le canal de Suez, ce qui provoque l’intervention israélienne et franco-britannique. Il accélère le processus d’étatisation de l’économie et met en chantier le haut barrage d’Assouan avec l’aide soviétique (1957). Dans le même temps, il se fait le champion de l’unité arabe (création de la République arabe unie, 1958). Après la défaite de l’Égypte devant Israël (guerre des Six-Jours, 1967), il démissionne, mais, plébiscité, il revient au pouvoir, et y reste jusqu’à sa mort.
Hô Chi Minh (Kim Liên 1890 – Hanoi 1969) : Homme politique vietnamien. Fondateur du Parti communiste indochinois (1930), puis du Viêt-minh (1941), président de la République démocratique du Viêt Nam, proclamée en 1945, il mena la lutte contre la France jusqu’à la défaite française de Diên Biên Phu (1954). Devenu chef d’un État réduit à la moitié nord du pays, il joua un rôle essentiel dans la guerre contre le Viêt Nam du Sud et les États-Unis, à partir de 1960.
Mohandas Karamchand Gandhi, surnommé le Mahatma (Porbandar 1869 – Delhi 1948) : Apôtre national et religieux de l’Inde. Avocat, il défend, au cours de séjours en Afrique du Sud (entre 1893 et 1914), les Indiens contre les discriminations raciales et élabore sa doctrine de l’action non violente. De retour en Inde, il s’engage dans la lutte contre les Britanniques, qui l’emprisonnent à plusieurs reprises. Leader du mouvement national à partir de 1920, il en laisse la direction à J. Nehru en 1928. Il se consacre alors à l’éducation du peuple et aux problèmes des intouchables, et intervient comme caution morale pour soutenir les actions de masse (désobéissance civile de 1930 ; Quit India [« Quittez l’Inde »], 1942) ou pour calmer des violences entre hindous et musulmans (1946 – 1947). Il est assassiné en 1948 par un extrémiste hindou.
Léopold Sédar Senghor (Joal 1906 – Verson, Calvados, 2001) : Homme politique et écrivain sénégalais. Agrégé de l’université, député à l’Assemblée nationale française (1946), chef du Bloc démocratique sénégalais (1948), il participe au gouvernement Edgar Faure (1955 – 1956). Président de la république du Sénégal depuis l’indépendance (1960), il quitte volontairement le pouvoir le 31 décembre 1980.
 – Il est l’auteur d’essais, où il définit la notion de « négritude », et de recueils de poèmes (Éthiopiques, 1956 ; Nocturnes, 1961). [Académie française.]
Ahmed Ben Bella (Maghnia 1916) : Homme politique algérien, fondateur du FLN. L’un des dirigeants de l’insurrection de 1954, interné en France de 1956 à 1962, il est le premier président de la République algérienne (1963 – 1965). Renversé par Boumediene, il est emprisonné jusqu’en 1980 puis exilé.
Robert Schuman (Luxembourg 1886 – Scy-Chazelles, Moselle, 1963) : Homme politique français. Député démocrate-chrétien (1945 – 1962), il participe à la fondation du MRP.

Infosecole.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Décès Du Professeur Samba DIENG : Le Spécialiste De La Vie Et De L’œuvre D’El Hadj Oumar S’en Est Allé

Décès Du Professeur Samba DIENG : Le Spécialiste De La Vie Et De L’œuvre D’El Hadj Oumar S…